21 juil. 2009

Enseignement supérieur : Le Sénégal se dote d’un réseau virtuel de recherche



La communauté du savoir réfléchit sur les voies et moyens devant lui permettre de disposer d’un réseau d’éducation et de recherche, version électronique. Le premier jalon en a été posé hier, avec le lancement à l’Ucad d’un réseau d’éducation et de recherche.


Le Sénégal va bientôt se doter d’un réseau d’éducation et de recherche pour mieux répondre aux besoins de ses communautés scientifiques d’enseignement et de formation. Le premier jalon a été posé hier avec le lancement, à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), de ce réseau qui devra fédérer les infrastructures de télécommunication des établissements d’enseignement supérieur et des instituts de recherche au niveau national, régional et international, afin de mutualiser des ressources et de participer aux activités des différentes communautés de savoir. D’où l’importance de cette rencontre pour le ministre de la Recherche scientifique.
‘L’augmentation de la bande passante obtenue par cette mutualisation des ressources constitue une réponse aux besoins d’échange de nos chercheurs avec les différentes communautés du savoir tant au niveau régional que mondial.


C’est pourquoi la tenue de ce séminaire arrive à son heure car il s’agira, pour les différents participants, de réfléchir sur les meilleures stratégies connues ou à inventer pour faire de ce réseau un instrument d’amélioration et de perfectionnement de l’environnement pédagogique, académique et institutionnel au service de l’excellence universitaire’, a souligné Amadou Tidiane Bâ.Aussi, ce dernier a-t-il exhorté les universitaires à s’approprier le Rer du Sénégal qu’il a considéré comme une étape déterminante dans le partage de la connaissance entre enseignants et enseignés.‘Nous souhaitons que ce réseau soit une étape déterminante dans le partage de la connaissance entre enseignants et enseignés pour faciliter l’enseignement à distance et les visioconférences très en vogue actuellement dans le monde’, a-t-il indiqué. ‘Avec l’avènement des nouvelles technologies qui ont atteint tous les secteurs, les universitaires disposent d’un outil pour répondre aux besoins de la recherche’, a-t-il ajouté.


A son tour, le recteur de l’Ucad, Abdou Salam Sall, a rejeté l’idée selon laquelle la connaissance est l’affaire des Occidentaux. ‘L’économie de la connaissance n’est pas la propriété exclusive des Occidentaux. Elle peut être, désormais, à la portée des Africains’, a-t-il défendu. ‘Mais pour accéder à ce savoir, il faut des enseignants motivés’, a-t-il ajouté. Abdou Salam Sall a, en outre, invité l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp) et l’Adie, partenaires de l’université, à ‘améliorer l’interconnexion entre les différents établissements du Sénégal pour rendre possibles les échanges’.


Réagissant à une interpellation sur l’importance, pour les enseignants et chercheurs, de la mise en place du Rer au Sénégal, Mamadou Sèye, maître-assisant associé au Centre universitaire régional (Cur) de Bambey, a apprécié positivement l’initiative. ‘L’Internet est devenu incontournable dans la recherche de la connaissance. La mise en place de ce réseau à travers un cadre virtuel va faire jouer à l’Afrique son véritable rôle dans le monde’, a-t-il affirmé. Mais les universitaires ont de nombreux défis en matière de technologie de l’information et de la communication dans l’enseignement supérieur qu’ils devront relever pour réussir leur pari.


Ndakhté M. Gaye


(source : Wal Fadjri, 21 juillet 2009)

Share & Enjoy