5 oct. 2010

Le portable, un moyen de lutte contre le Sida


Un Centre de ressource régional dénommé Solidarité info santé (SIS-Afrique), sera mis en place le 28 septembre. Les promoteurs de la structure, qui sera installé au centre socio-culturel des HLM, entendent mettre les Technologies de l`information et de la communication (TIC), notamment le téléphone portable, au service de la prévention et de la lutte contre le Sida. Le Centre de ressource régional est dédié à la Relation d’aide à distance (RAD) en Afrique subsaharienne. Face à la presse, mardi, les initiateurs du projet, Infos service-France, le CTA/OPALS Sénégal et AfriCASO, parrainé par l’ONUSIDA, ont indiqué que celui-ci constitue «un outil au service de la coopération Sud-Sud, Sud-Nord et Nord-Sud».
Selon le représentant d`Actions internationales sida, Fabrice Clouzeau, SIS-Afrique veut «capitaliser l’expertise africaine en matière de TIC dans la réponse au sida». Aussi, ladite organisation entend «créer, développer et pérenniser les capacités des lignes d`écoute nationales dans les réponses nationales au VIH/Sida». Il s`agit, selon M. Clouzeau, de donner des informations sur le sida aux demandeurs : mode de transmission et la manifestation de la maladie, la méthode pour se faire dépister et le lieu de dépistage, etc.
En plus, renseigne-t-on sur le document de l`association remis à la presse, la mise en place de SIS-Afrique va «permettre un accès universel à l’information, dans le respect des principes fondamentaux de la RAD, à savoir l’anonymat, la confidentialité, le non jugement et la gratuité, est la pierre angulaire de SIS Afrique». Considérant que le téléphone portable est généralisé, individualisé et accessible à toutes les couches de la société, le représentant d`Actions internationales sida espère que ça sera un gage de succès du projet. Pour bénéficier des services de SIS-Afrique, il suffira de composer le numéro vert (800 00 30 30) du ministère de la Santé.
Selon Ndèye Fatou Ngom Guèye, coordonatrice de CTA/OPALS Sénégal, les démarches sont engagées avec la SONATEL afin de «minimiser» les coûts du téléphone. Lesquels, assure Mme Guèye, ne devraient pas être supportés par les populations. Ainsi, prédit le Dr Cheikh Tidiane Tall, son directeur exécutif, «des données importantes (seront recueillies) pour informer dans le cadre de activités régionales» d`Africaso. Dans ce sens, M. Tall invite les pays donateurs à mettre la main à la poche afin de «reconstituer le fonds mondial» en vue d`atteindre l’Objectif du millénaire n°6 : lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le Bénin, le Burundi, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la RDC, le Cameroun, le Sénégal et le Niger constituent les pays membres de l’association Solidarité info santé.

Share & Enjoy