10 sept. 2010

Une Page sur facebook pour soutenir le journaliste Abdoul Latif Coulibaly sur l'affaire des 20 milliards de la Sudatel

« Touche pas à Abdoul Latif Coulibaly » c’est le titre de la page qui circule sur facebook depuis quelques jours .En effet le journaliste investigateur fera face au juge ce 14 septembre pour le procès qui l’oppose à Thierno Ousmane Sy (conseiller du Président Abdoulaye Wade pour les NTIC et fils du Ministre de la justice) sur l’affaire des 20 milliards de la Sudatel.

Après le premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye et Moustapha Guirassy c’est autour du journaliste investigateur Abdoul Latif Coulibaly de faire son entrée dans le cercle des hommes de médias qui utilisent les réseaux sociaux pour « être plus proche des citoyens ».Mais cette fois ci c’est une entrée plutôt différente du Directeur de publication de l’hebdomadaire La Gazette. En effet c’est une page facebook qui vient d’être créée pour son soutien sur l’affaire des 20 milliards de la Sudatel qui l’oppose à Thierno Ousmane Sy. 

« La nomination de Cheikh Tidiane Sy au ministère de la justice mesure l’obstination du pouvoir à museler la presse et toutes les consciences libres du Sénégal. Les personnes en charge du contrôle juridictionnel sont tous nommées par l’Exécutif. Par conséquent, on ne saurait espérer que ces gens scient la branche sur laquelle ils sont assis; d’ou la nécessite de rester vigilants face aux lois scélérates et liberticides du régime de Wade.» lit-on sur la page facebook qui ne compte que 172 (personnes qui aiment ca à ce jour (chiffre à la date du jeudi 09 septembre 2010 à 23h45mn).

« Comment peut-on nommer quelqu’un ministre de la justice au moment où son fils est cité dans le plus grand scandale financier de corruptions et de commissions ? Depuis quand poursuit-on celui qui dénonce les voleurs à la place des larcins? » se demandent les défenseurs du journaliste sur la page facebook dont un spot publicitaire se trouve sur seneweb.com
Ainsi pour dire que les réseaux sociaux souvent négligés par certaines autorités ou politiciens commencent à prendre de l’ampleur dans le processus de la communication de ces derniers.


Share & Enjoy