24 avr. 2009

L’intersyndicale des travailleurs et l’Amicale des cadres de la Sonatel ont rencontré le 23 avril
2009 dans les locaux de la Présidence une délégation de conseillers du Président de la République composée du président du Conseil de surveillance de l’Anoci, Monsieur Karim Wade, du Conseiller spécial du Président de la République chargé des NTICs, Monsieur Thierno Ousmane Sy et du Directeur de l’Agence de l’Informatique de l’Etat, Monsieur Tidiane Seck.
Les représentants des travailleurs de la Sonatel ont exprimé leur opposition à la décision de l’Etat de céder 9, 87 % de ses actions à France Télécom.
A ce propos, les représentants des travailleurs ont rejeté avec force toute forme d’acquisition supplémentaire d’actions par France Télécom. Mieux, pour les travailleurs de la Sonatel, France Télécom a vocation à rester un partenaire stratégique et doit rester à son seuil actuel de 42,33% dans l’actionnariat de Sonatel.
L’intersyndicale des travailleurs et l’Amicale des cadres de la Sonatel ont réaffirmé la nécessité pour l’Etat du Sénégal de maintenir une présence forte dans le capital de la Sonatel.
A l’évidence, le malaise et la réprobation générale à travers le pays crées par la décision de cession des actions de l’Etat à France Télécom, confirment la nécessité de maintenir la tradition de concertation avant toute réforme d’un secteur de souveraineté nationale aussi stratégique que les télécommunications.
Cette concertation devrait contribuer à trouver des solutions nationales à la crise actuelle avec l’implication de tous les acteurs du secteur privé et de la société civile.
En réponse, les conseillers du Président ont exprimé leur volonté d’accompagner les travailleurs pour continuer de faire de la Sonatel une fierté nationale et de préserver son ambition de croissance externe. En outre, ils ont exprimé la nécessité pour le Gouvernement de trouver dans un court délai la somme de 200 milliards de FCFA.
Les conseillers sont également favorables à la recherche de solutions nationales pour régler les problèmes de l’Etat, et à l’entrée du privé national dans le capital de Sonatel.
A la suite de ces échanges, les parties se sont accordées sur la mise en place d’un cadre de concertation (Gouvernement, Conseil d’Administration, Sonatel, etc.) d’une part pour la recherche de solutions par rapport aux besoins de l’Etat et d’autre part, sur l’implication du secteur privé dans l’élaboration d’une stratégie globale de prise de participations dans les entreprises nationales.


L’intersyndicale relève quelques points de divergences, notamment le maintien de la tenue du Conseil d’Administration du 06 mai 2009, le montant recherché.
Conscients du rôle que le secteur privé national doit jouer dans cette perspective de recherches de solutions, cette initiative sera mise en oeuvre en étroite collaboration avec tous les acteurs économiques et sociaux.

Pour l’Intersyndicale et l’amicale des Cadres, la recherche de solutions devra impérativement se faire avec le Top management de Sonatel.
A cet égard, l’intersyndicale et l’Amicale des cadres demandent à l’ensemble des travailleurs de Sonatel et à toute la population sénégalaise de rester mobilisés et engagés pour la préservation des intérêts nationaux

Share & Enjoy