4 nov. 2008

L’Etat veut nationaliser Tigo, les travailleurs s’y opposent


NETTALI- Les travailleurs de Sentel Gsm devenue Tigo ne compte pas rester les bras croisés dans le bras de fer qui oppose leur direction générale à l’Etat du Sénégal. Dans un communiqué de presse dont Nettali.net a pu avoir copie, le Collectif des employés de Sentel Gsm a réitéré son soutien à la Direction générale de la société avant d’annoncer sa détermination à mener le combat pour la préservation des droits des travailleurs.
Le collectif des employés de Sentel Gsm avertit, en effet, que tous les voies et moyens mis à sa disposition par toutes les lois et conventions nationales et internationales seront utilisés pour protéger les droits des travailleurs. Une position qui s’est dégagée après l’échec des négociations entamées dès l’attribution d’une troisième licence téléphonique.
C’est d’ailleurs la direction générale de Sentel Gsm qui a informé ses employés de la volonté de l’Etat du Sénégal de procéder à la nationalisation de la compagnie à partir du 31octobre 2008. Mais, pour les travailleurs, cette nationalisation risque de mettre en péril les emplois de milliers de pères et mères de famille. « Le Collectif des employés tient à informer l’opinion que Sentel Gsm, avec un investissement de plus de deux cents (200) millions de dollars sur les deux dernières années, assure plus de 450 emplois directs et 40.000 emplois indirects pour un parc d’abonnés de 1.800.000 », lit-on dans le communiqué rendu public hier.
Et c’est pourquoi le collectif avertit que « l’ensemble du personnel compte s’élever avec la dernière énergie contre cette énième tentative de mise à mort de l’entreprise ».

Share & Enjoy