3 mars 2011

Révoltes populaires : un expert relativise l’apport des réseaux sociaux modernes

L’expert sénégalais Olivier Sagna a souligné mercredi le caractère relatif, dans le contexte sénégalais, de l’apport probable des réseaux sociaux modernes qui accompagnent les révoltes en cours dans le monde arabe. 

Au Sénégal, il y a moins de 10% de la population qui a accès aux réseaux sociaux comme Facebook ou encore Twitter, et moins de 1% à l’ADSL’’, a expliqué M. Sagna, lors d’une conférence publique d’une formation de l’opposition sénégalaise. La conférence publique portait sur ‘’la révolution dans le monde arabe’’, animée par Landing Savané, secrétaire général And-Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (AJ/PADS), en présence de personnalités dont le président de l’ONG Rencontre africaine de défense des droits de l’homme (RADDHO), Alioune Tine. L’expert en Nouvelles technologie de l’information et de la communication (NTIC) a relevé que ‘’le contexte démocratique est différent entre ces pays arabes et le Sénégal’’. Il a précisé qu’‘’il ne s’agit point de se lever un bon jour et de donner un mot d’ordre dans ces réseaux sociaux pour déclencher une révolution’’. 

M. Sagna a invité à savoir raison garder et à relativiser le rôle joué par ces réseaux sociaux moderne dans ‘’le printemps arabe’’. ‘’Dans la révolution en cours dans le monde arabe, ces réseaux ont joué des rôles importants même si ce n’est pas décisive’’, a-t-il expliqué. Il a expliqué dans les pays arabes, il y a eu des forces politiques qui ont travaillé durant des années pour que ce qui se passe aujourd’hui via les réseaux sociaux modernes puissent arriver. Toutefois, a-t-il relevé, ‘’il convient de reconnaître que ces réseaux sont une nouvelle donne qui ont modifié l’accès à l’information et les moyens de mobilisation utilisés gratuitement’’. ‘’L’évolution des TIC, a-t-il ajouté, a permis de passer d’un contexte de voix unique à une voix plurielle.’’ Olivier Sagna est titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université Paris VII et du Diplôme supérieur des sciences et de la documentation de l’Institut national des techniques de la documentation (INTD).

Share & Enjoy