19 oct. 2009

VIÊT-NAM : DES BLOGUEURS ET DES ÉCRIVAINS CONDAMNÉS À DE LOURDES PEINES

Des dizaines de dissidents ont été arrêtés au Viêt-nam depuis septembre
2008 et, la semaine dernière, neuf blogueurs et écrivains vietnamiens ont
été inculpés de propagande anti-gouvernementale et condamnés à de lourdes
peines de prison, selon ce que rapportent Reporters sans frontières (RSF)
et le Comité des écrivains en prison du PEN International (WiPC).


Les blogueurs ont été reconnus coupables d'avoir exigé un plus grand
pluralisme politique, plus de démocratie et plus de respect pour les droits
de la personne, rapporte RSF. Ils se sont également montrés critiques de la
politique du Viêt-nam à l'égard de la Chine en ce qui concerne ses
revendications territoriales sur les îles Paracel et Spratly, situées dans
la mer de Chine du Sud.

Les procès ont été reportés après le passage du président Nguyen Minh Triet
à l'Assemblée générale de l'ONU à New York, le 25 septembre, indique RSF.

« Si les tribunaux du Viêt-nam traitent la critique du gouvernement et les
appels au respect des droits de la personne comme des violations de la
sécurité nationale et comme de la propagande diffamatoire, alors ces
condamnations constituent manifestement des violations de la libre
expression », dit RSF.

RSF rapporte en outre que Vu Hung a été condamné le 7 octobre 2009 à trois
ans de prison à Hanoï, et que Pham Van Troi a écopé le lendemain de quatre
ans de prison. Six autres blogueurs ont reçu des peines de prison pour les
mêmes chefs d'accusation le 9 octobre à Haïphong. Nguyen Xuan Nghia,
écrivain, a écopé de six ans. Le poète Nguyen Van Tinh et l'écrivain Nguyen
Manh Son ont reçu des peines de trois ans et demi. Le poète Nguyen Van Tuc
a eu quatre ans. L'écrivain et étudiant Ngo Quynh a reçu trois ans, tandis
que le défenseur des droits de la personne Nguyen Kim Nhan a eu deux ans,
selon ce que rapportent le WiPC et RSF.

D'après le WiPC, en 2006, s'est formé le groupe « Bloc 8406 », une
coalition de partis politiques et d'organisations pour faire campagne en
faveur d'une réforme politique. Nguyen Van Ly, un prêtre et écrivain arrêté
en février 2007, a été condamné à huit ans de prison pour avoir participé à
ce groupe, interdit, de défense de la démocratie.

Au Viêt-nam, la répression d'une foule d'écrivains et de militants est une
réalité qu'un grand nombre de personnes dans le monde ne voient pas, dit
Human Rights Watch. Cette année, six écrivains vietnamiens ont reçu la
prestigieuse récompense Hellman/Hammett, afin de braquer les projecteurs
sur un pays où le gouvernement « réprime durement la dissidence pacifique,
la liberté de parole, les médias indépendants et l'accès ouvert à
l'Internet, et où le gouvernement fait tout ce qu'il peut pour réduire ses
critiques au silence », dit Human Rights Watch.

Trois des lauréats vivent en résidence surveillée, les trois autres étant
toujours en prison. Pham Thanh Nghien et Tran Anh Kim sont incarcérés, mais
attendent leur procès pour leurs activités et leurs écrits en faveur de la
démocratie, indique Human Rights Watch. Ils ont traité de l'attitude
accommodante du Viêt-nam vis-à-vis de la Chine, de la corruption endémique,
des droits des fermiers, de l'intolérance religieuse de l'État, de la
nécessité d'une réforme politique et carcérale, et d'autres questions de
justice sociale.

Le Viêt-nam est l'un des 12 pays que RSF considère comme ennemis de
l'Internet, le classant au 168e rang sur 173 pays dans son index de la
liberté de la presse en 2008.

1 commentaire :

anick roschi a dit…

La liberté de presse constamment menacée dans le monde…

Freedom for Press :

http://video.moncinema.ch/video/iLyROoafM5Tx.html

Share & Enjoy