9 sept. 2008


Sénégal-Developpement-Tic

Tidiane Seck DG de l’ADIE

« L’Etat doit injecter 3 milliards pour booster le développement des Tic »

Le directeur général de l’agence de l’informatique de l’état veut un développement durable et efficace des tic au Sénégal monsieur tidiane seck a tenu a préciser que l’état du senegal doit injecter plus de 3 milliards pour mieux booster les secteur des tics. Il s’exprimait ce samedi 06 septembre lors de l’assemblé général des professionnelles des technologies de l’information et de la communication (OPTIC)

Le secteur des tic va mal au senegal et soufre énormément .c’est en tous l’avis du directeur général de l’agence de l’informatique de l’état qui n’a pas manquer a exprimer sa position sur le développement de ce secteur. Monsieur seck affirme que l’état doit au minimum injecter une somme de 3milliards de fr CFA pour booster ce secteur qui est souvent considère comme avancé. Il faut noter cependant que les tics sont composés de plusieurs branches et si une d’entre elle souffre c’est tous le secteur qui en souffre « le lobbying des autorités sur le domaine de tic doit être une préoccupation majeure ». L’investissement des pays étrangers est certes une bonne chose pour le secteur mais selon monsieur seck « ces entreprises travaillent pour leur économie et gangrènent souvent le bon fonctionnement du marché » Les marchés africains doivent s’impliquer ainsi que la banque mondiale qui manque encore d’investissement. Notre pays est un model dans le sous-secteur des télécommunication et enregistre de très bon résultats mais insuffisant selon le dg de l’ADIE. Le Sénégal dispose également de plusieurs écoles de formation en ingénieur informatique qui joue un rôle très important. Mais souvent cette formation selon le DG de l’ADIE est souvent mauvaise « c’est scandaleux comme formation non seulement elle est chère mais les ingénieurs formés ne répondent pas aux critères voulus Monsieur Seck « poursuit le problème doit être pose sur la table pour y remédier »
Le Directeur général de l’OPTIC (organisation des professionnelles de l’information et de la communication a tenu également a souligné le problème de l’insertion des jeunes ingénieurs qui repose sur les stages. Selon Antoine Ngom les jeunes doivent avoir des stages pour pouvoir obtenir leur diplôme.

Share & Enjoy